« Ultra » en italien signifie « poussé à l’extrême ».
Le mouvement ultra est né en Italie au tout début des années 70 (le premier groupe vit le jour en 1968 à Turin). Le mouvement s’est développé dans le football français dans les années 80 (Marseille, Paris, Bordeaux, Mulhouse), et au fil des saisons, le phénomène a pris de l’ampleur dans tous les pays européens ; à un tel point que les groupes ultras font désormais partie du décor. Dans le hockey, le mouvement s’est développé en Suisse dans les années 80, mais en France le seul groupe à la mentalité proche du mouvement ultra existant avant le notre était le Kop Grizzly d’Amiens, fondé en 1991 (et aujourd’hui malheureusement dissout).

La mentalité ultra est une manière de supporter son équipe qui n’a rien à voir avec celle utilisée par des supporters « ordinaires ». Les Ultras ne viennent pas aux matchs pour assister à un match en simples spectateurs. Nous venons pour aider notre équipe à vaincre, les pousser vers la victoire, nous menons un véritable match parallèle dans les tribunes et jouer pleinement notre rôle de 7e homme. Pour aider notre équipe à gagner, en plus de les encourager partout et toujours, nous cherchons aussi à déstabiliser l’adversaire pour atténuer ses performances. Sifflets, huées, chants contre leur équipe/ville, etc… tous les moyens sont bons pour leur mettre un maximum de pression.
La patinoire de l’Illberg doit être redoutée par les équipes qui viennent y jouer : les joueurs adverses doivent craindre le déplacement à Mulhouse!

Un groupe ultra est représenté par sa bâche, c’est par elle qu’il est identifié et il se doit de bâcher partout où il va. Les déplacements sont organisés par le groupe seul, en autonomie totale par rapport au club.

Pour expliquer ce qu’est un Ultra, nous allons déjà distinguer ses différences par rapport au supporter faisant partie d’un groupe de supporters classique que l’on peut trouver dans le hockey français, parfois appellé des « mastres». L’Ultra se différencie par son accoutrement, il ne porte pas de maquillage, de perruque, d’écharpes du club ou pire, d’affreux maillots XXL ou autres artifices que l’on trouve à la boutique officielle. Les Ultras ne sont pas là pour engraisser le club mais pour lui porter un soutien inconditionnel. Il porte donc principalement le matos de son groupe, le look type étant sweat à capuche, écharpe du groupe et jean.
Contrairement à beaucoup de clubs de supporters officiels des clubs, les Ultras chantent quel que soit le score, dans la défaite comme dans la victoire, menés 5 à 0 ou gagnant par le même score. Premier de Ligue Magnus ou dans le ventre mou de la D3.
Nous refusons totalement la mentalité bien répendue dans les tribunes française, les gens prônent le fair-play mais sont souvent les premiers à fustiger les joueurs et supporters adverses, ils provoquent des supporters adverses de loin mais lorsqu’ils sont proches ils se font tout petits.
Les Ultras n’ont rien à voir avec les hooligans qui ne viennent à un match que pour chercher le contact physique et se battre avec des supporters de l’équipe adverse. Les hooligans sont souvent assimilés à des Ultras par les médias qui ne cherchent qu’à faire des articles réducteurs et sans aucune recherche.

Pas de trompettes, de fanfare ou d’autres artifices de ce genre pour les Ultras. Seule notre puissance vocale, ainsi que des tambours pour donner du rythme, nous aident à pousser notre équipe vers la victoire. Les trompettes dans les fanfares, les chants dans les patinoires !

A l’entrée des joueurs sur la glace nous créons souvent des tifos pour donner des couleurs à notre tribune et pour leur montrer notre attachement. Bandes plastiques, étendards, tendus d’écharpes, drapeaux, voiles, confettis, cierges magiques ou autres, les possibilités sont grandes pour faire ressortir quelque chose de beau !
…sans oublier les fumis en fin de match!

Notre groupe se veut totalement indépendant du club. Nous ne recevons aucune aide financière ou logistique de sa part, et cela pour la bonne et simple raison que nous ne voulons dépendre de personne. Nous tenons à garder notre liberté d’expression, en cas de désaccord avec certains choix du club nous pouvons l’exprimer librement. Ces relations groupe / club mal gérés ont malheureusement causé des tords à d’autre groupes par le passé…

Le groupe s’autofinance donc, par la création de gadgets et par la cotisation annuelle sous forme de cartes de membres. Cet argent permet l’achat de matos pour la confection des tifos, de drapeaux ou d’étendards, pour l’achat de fumigènes ou de tambours, etc…

Un groupe ultra peut être comparé avec une famille, il existe une très forte solidarité avec les membres, l’amitié y est très présente et chaque membre y a un rôle. Nous avons tous rejoint le groupe sans y connaître personne et y avons créé de solides relations d’amitiés. Car le groupe a aussi une vie en dehors des matchs, les membres se retrouvent régulièrement pour des réunions, pour préparer des tifos, etc...

Enfin, notre groupe se veut totalement apolitique. Chacun a le droit d’avoir ses idées mais pas de les exprimer à travers le groupe. Les Ultras Mulhouse est un groupe ouvert à tous, nous ne rejetons personne du moment qu’il ne nous dénigre pas sans nous connaître. Nous respectons tout le monde, quelles que soient sa motivation et sa part d'implication dans le groupe, toutes les volontés et toutes les initiatives sont les bienvenues pour rendre le groupe encore plus fort. Nous sommes tous unis, soudés et solidaires, ce qui nous rend d’autant plus puissants.
N’hésitez pas à nous rejoindre, il suffit pour cela de venir nous voir lors d’un match !